Les personnages emblématiques du Sénégal

By  |  0 Comments

Durant votre séjour au pays de la Téranga, vous ne manquerez pas à chaque étape de votre périple, de découvrir une figure emblématique du terroir où vous serez de passage.

Jumia Travel vous fait découvrir ces hommes et ces femmes qui sont devenus des personnages adulés du pays.

  • Lat Dior Ngoné Latyr Diop – Damel du Cayor

 

LatDior

 

Ce résistant est né vers 1842 à Keur Amadou Yalla, au nord-est de l’actuelle région de Thiès. Fils de Sakhéwer Sokhana Mbaye Diop et de la Linguère Ngoné Latyr Fall, il est couronné roi en 1871. Toute sa vie, Lat Dior s’est farouchement opposé à la colonisation française notamment au projet de la ligne de chemin de fer qui doit devant relier Dakar à Saint-Louis. Après une série d’affrontements sanglants avec les troupes de Faidherbe et de Pinet-Laprade, il a mené son dernier combat à Dékhelé. Cette bataille a eu lieu le 27 octobre 1886 ; Lat Dior y mourut !

  • Ndaté Yalla Mbdoj – Reine du Waalo

 

Ndate Yalla

 

Femme de courage et de hargne, la reine Ndaté Yalla Mbodj, née en 1810 à Nder, est la dernière grande reine du royaume du Waalo ; elle est couronnée le 01 Octobre 1846. Le Waalo occupait la zone comprenant les actuelles villes de Dagana et de Richard-Toll.

Cette héroïne de la résistance a mené des batailles contre les autorités coloniales de l’époque. Le royaume a connu des années fastes durant son règne ; par ailleurs elle est la mère de Sidya Ndaté Yalla Diop qui deviendra à son tour l’un des plus grands résistants à la colonisation du Sénégal. Méconnu, il décédera au Gabon où il a été déporté.

  • Alboury Ndiaye – Bourba du Djolof

 

Bouna

 

Grande figure de la résistance à la colonisation française, Alboury Ndiaye est né vers 1847. Il est aussi apparenté à Lat Dior dont il est le neveu. Surnommé l’indomptable Bourba, il a régné sur le royaume du Djolof qui est l’actuelle région de Louga. Alboury Ndiaye a contribué à l’expansion de son territoire en menant des expéditions vers l’intérieur du pays. Esseulé par l’administration coloniale, il s’est exilé à plusieurs reprises. D’après la tradition orale, le Bourba mourut à Kalakala. On lui coupa un bras qu’on amena à Dosso son village natal. Le bras fut enterré dans la grande mosquée face au palais royal. La cérémonie d’enterrement fut digne de celle d’un grand roi.

  • Aline Sitoé Diatta – La reine de Kabrousse

 

aline-sitoe-diatta-2

Parfois présentée comme une reine, Aline Sitoé Diatta est morte jeune, à l’âge de 24 ans. Née en 1920 à Kabrousse, la prêtresse est une héroïne de la résistance casamançaise. Souvent surnommée la « Jeanne d’Arc d’Afrique ». Dans son Kassa natal, c’est-à-dire en Casamance, Aline encourage la population à la désobéissance civile face à l’oppression française. Elle est à l’origine de véritables mouvements de révolte en Casamance en disant notamment aux paysans casamançais d’arrêter les cultures commerciales dictées par les colons. Considérée comme potentiellement dangereuse, elle est alors jugée par l’administration coloniale et déportée à Tombouctou au Mali où elle meurt en 1944.

  • Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké – Le fondateur du Mouridisme

serigne-touba

C’est sans nul doute l’un des sénégalais les plus connus de par le monde. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké est né à Mbacké en 1853. Fondateur de la confrérie des Mourides, il prêche avec succès la paix et rapidement ses disciples se comptent par milliers. Pressenti comme une menace, il est exilé au Gabon en 1895 et y passera presque 8 ans. De retour au Sénégal, il est de nouveau déporté en Mauritanie où il vit en résidence surveillée quatre ans durant. Installé à Diourbel, il s’investit dans l’enseignement du Coran et l’agriculture ; l’autorité coloniale continue néanmoins de le surveiller. Il décède le 19 Juillet 1927 à Diourbel et est enterré à Touba, la ville sainte qu’il a fondée 40 ans plus tôt.

  • Cheikh Anta Diop – le passionné d’Egypte

Cheikh_Anta_Diop

Historien, anthropologue et homme politique, ce grand monsieur de l’histoire contemporaine du Sénégal a vu le jour le 29 Décembre 1923 dans le village de Thieytou à une vingtaine de kilomètres de la ville de Bambey. Cheikh Anta Diop a fait ses études supérieures à Paris où il obtient un doctorat en histoire ; il revient au Sénégal en 1960 et devient Professeur à l’Université de Dakar qui portera son nom par la suite. Egyptologue aguerri, sa vision est perçue comme une anticipation des découvertes archéologiques majeures des années 2000 sur tout le continent africain. Incompris par ses paires pairs, il a durant toute sa vie milité pour la race noire. Le 07 Février 1986, Cheikh Anta Diop s’éteint dans son sommeil ; il est enterré dans son village où depuis en 2008 un mausolée a été construit en son hommage.

button_discover150French

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *